Textes et poèmes Amis

L’arbre de Vie

Jeunes ou vieux, petits ou grands
Chaque année on renait avec le printemps
Nous suivons le rythme des saisons
Pour laisser éclater nos bourgeons
Quand le soleil s’élève sur l’horizon
La sève monte des racines dans nos troncs
Circule de branche en branche et ouvre nos boutons
Les premières feuilles apparaissent, ainsi que les papillons
Pâques arrive avec ses fleurs multiples et variées
La Nature nous montre ses couleurs, des plus claires aux plus foncées
Le soleil atteint son apogée
Nous sommes en été
Les fruits sont de toute beauté
Certains vont tomber d’autres seront mangés
La descente du soleil sur l’horizon a commencé
La sève montante dans le tronc va bientôt s’arrêter
Septembre est arrivé
L’automne va approcher
A la saint Michel de nouveaux bourgeons sont préparés
Avant que l’on perde toutes nos feuilles et nos fruits cette année
A Noël quand le soleil aura atteint son périgée
Notre ramure sera presque dénudée
Mais notre mort réelle aura été évitée
                       Parce qu’auparavant de nouveaux bourgeons ont été crées.
Le 11 mars 2012
André Savier

 Le papillon

Je vis le jour au soleil levant
Par un beau matin de printemps.
Je suis sorti de l’œuf pondu auparavant
Sur un légume très nourrissant
Au feuillage vert clair, à la racine rouge bien profilé.
Ma maman avait décidé
Que je naitrai sur ses feuilles effilées.
Sur ses branches de carotte, je suis née
Dans le jardin du jardinier
Au beau milieu du potager.
Je m’appelle chenille et je grignote les ombellifères
On me trouve presque partout sur cette terre.
Lorsque je me serai suffisamment développé
Et que j’aurai beaucoup mangé
Tout mon corps va se modifier.
Un fil de soie je tricoterai pour m’y accrocher
En chrysalide je vais me transformer.
Lorsque quelques semaines se seront écoulées
De rampant que j’étais , en être volant je renaitrai.
Je deviendrai l’un des plus beau papillon,
Je vais vous dire mon nom: je m’appelle Machaon.
La morale de cette histoire,
Et je vous prie de bien vouloir y croire
C’est que la nature veut nous montrer
Qu’en nous, ses lois secrètes nous pouvons les trouver.
             Le 5 mars  2012
               André Savier
Le coquelicot
Je suis une plante sauvage herbacée,
De la famille des papavéracées, Au feuillage dentelé d’un vert soutenu,
Sur un très long pédoncule fin et poilu,
Commune dans les champs de graminées,
On me voyait tout au long de l’été.
Les hommes ne voulaient plus me laisser pousser,
Parce que les rendements auraient pu baisser.
Mais chaque fois qu’un petit coin n’est pas traité,
Je réapparais au beau milieu des champs de blé.
Je m’épanouis le matin au réveil,
Et me ferme au coucher du soleil.
On me reconnaît de très loin trahi par ma couleur
A l’apogée du soleil on ne voit que le rouge de mes fleurs.
Je suis éphémère mais très beau,
Très fragile est la fleur du coquelicot.
 André Savier le 14 05 2000
A CETTE VIE
Comme j’aurais voulu la comprendre tout petit,
car à cette époque je m’ouvrais à la vie,
parmi les hommes, la faune, les bois et les prés,
et toutes ses beautés sur notre Terre où elles sont nées,
dans ce monde où j’aurais voulu m’imprégner,
de cette sagesse et de cette divinité,
m’abroeuver à cette Source qui ne fait que résonner,
l’Univers que Dieu a crée,
quel respect, quel amour sont nés dans mon coeur,
pour la Nature que l’on maltraite et qui se meurt,
que d’espoirs ai-je fondé,
pour que les hommes puissent la protéger,
afin que nos enfants tant aimés,
aient encore quelque chose à admirer.
André Savier

Une réflexion au sujet de « Textes et poèmes Amis »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *